Accueil » Non classé » La Fatiha, parole de Dieu ?

La Fatiha, parole de Dieu ?

Le Coran est considéré par les musulmans comme étant la Parole de Dieu directement révélée à Mohamed par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. Mais à la lecture de ce livre, plusieurs de ses passages ne peuvent provenir de Dieu. Voyons par exemple pour la première sourate du Coran.

1. Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
2. Louange à Allah, Seigneur de l’univers. 

3. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, 
4. Maître du Jour de la rétribution. 
5. C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours. 
6. Guide-nous dans le droit chemin, 
7. Le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.

Il est difficile de croire que Dieu puisse commencer par « Au nom de Dieu » et « Louange à Dieu« . Tout comme il serait étrange que Dieu dise « C’est toi que nous adorons, et c’est Toi dont nous implorons secours« . Pour le rationaliste iranien Ali Dashti (1) « ces mots ne peuvent être les mots de Dieu » puisqu’ils constituent précisément en « un éloge de Dieu, un hommage à Dieu, et une supplication pour l’aide de Dieu. » Ce sont selon toute vraisemblance les mots de Mohamed. D’ailleurs, un compagnon de Mohamed, Ibn Masoud, refusait d’intégrer cette sourate dans son Coran (2).

Les musulmans tentent de faire croire que le mot « dis » qui apparaît plus de 300 fois dans le Coran est implicite dans ce cas et que par par cette sourate, Dieu est en train de montrer à Mohamed et et à eux, comment faire son éloge et comment l’implorer. Mais si c’était le cas, pourquoi le « dis » n’est pas écrit au début de cette sourate comme c’est le cas pour de nombreux autres versets du Coran ? L’explication la plus plausible est que ces « dis » ont été rajoutés par les scribes dans le but de supprimer la difficulté que posent de nombreux versets. En effet, il existe de nombreux versets coraniques où il est impossible de dire si c’est Dieu ou un homme qui s’exprime. Un savant musulman souhaitait d’ailleurs supprimer ces « dis » puisqu’ils ne sont qu’un ajout au texte coranique (3).

 


1. Ali Dashti, 23 ans. Etude de la carrière prophétique de Mohamed, Chapitre 4.
2. Sami Aldeeb, La fatiha et la culture de la haine, éditions du centre de droit arabe et musulman, 2014, p. 8.
3. Pour aller plus loin, voir cette émission.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :