Accueil » apostasie » « Il était une foi, l’islam » de Majid Oukacha ou les raisons de se préserver de l’islam

« Il était une foi, l’islam » de Majid Oukacha ou les raisons de se préserver de l’islam

Par Alain Jean-Mairet 

Dans cet ouvrage, un ex-musulman met à la disposition du public le fruit de huit années de réflexion et de recherche sur la sortie de l’islam. C’est un condensé des meilleures raisons, au sens objectif et moral du terme, de quitter ou de se préserver de l’islam.

Majid Oukacha propose quatre chapitres en crescendo. Il commence par des considérations générales sur le «problème islam», sur les écueils majeurs de la foi musulmane afin de motiver la recherche d’une autre voie. C’est l’amorce de la réflexion d’un esprit qui se veut libre et indépendant et que l’auteur a pris la peine d’exposer avec une clarté remarquable. Deux citations qui me semblent cristalliser sa démarche:

«Il n’est pas nécessaire de haïr l’islam ou les musulmans pour comprendre que l’auteur du Coran envoie les incroyants en Enfer sur la seule base d’une juridiction criminalisant les convictions illicites.»

«À partir du moment où elles deviennent la force culturelle dominante dans une communauté humaine donnée, les paroles de ce livre (le Coran), paroles d’un Dieu Suprême qui ordonne sans jamais recevoir d’ordre de quiconque, finissent toujours par produire les mêmes résultats, partout dans le monde.»

Ensuite, il nous emmène dans la psyché musulmane à travers une série de dialogues entre un croyant et un sceptique informé. On y trouve sa propre expérience de débatteur, en musulman qui tente de faire la lumière sur les contradictions internes de la religion dont il a héritée, mais aussi des connaissances de plus en plus pointues, au fil des pages, sur les méthodes et les pièges de la rhétorique musulmane spécifique. Les principales astuces du «dialogue» avec l’islam y sont passées en revue d’une manière à la fois divertissante et informative. Miracles scientifiques du coran, rapports avec les femmes et les esclaves, jihad (ou terrorisme), fausse tolérance, on apprend ici aisément où les faits se séparent de la fable, tout en acquérant les bons réflexes dans ce type de débat.

Au chapitre III, l’auteur nous propose une «lecture philosophique du coran et des hadits sahih». C’est la pièce de résistance de l’ouvrage, où on découvre les références scripturales musulmanes à leurs principales sources. Cette lecture constitue un antidote extrêmement efficace à la naïveté maladive de nos contemporains devant le phénomène religieux musulman. On assiste là à une déconstruction en règle de l’édifice sémantique islamique, avec des références solides, complètes, inattaquables. L’auteur construit systématiquement ses démonstrations sur des faisceaux concordants entre les versets du coran et les hadiths qui les concernent, de manière à mettre en lumière très rapidement la substance de ce que le croyant va y apprendre le plus souvent en tâtonnant des années durant dans la masse très peu structurée du matériel.

D’ordinaire, les longues présentations de versets du coran et des hadiths incitent vite à la somnolence. Mais ici, nous avons non pas une étude froide et mécanique de la matière, comme trop souvent, mais une série d’éclairs de compréhension, dont l’auteur s’est donné la peine de reconstituer les déclencheurs dans un ordre et avec une présentation très intuitive. Il nous donne ici l’essence même de son propre parcours, de musulman en quête de liberté. Il nous guide dans un dédale dont il fait un tapis rouge. Imaginez un être pris dans une série d’illusions, une folie partagée, et qui cherche des points de repère, des années durant, pour trouver sa vraie identité, sa vision propre du monde. Puis, après avoir triomphé de son épreuve, qui revient sur ses pas, balise sa progression, éclaire les zones d’ombre, écarte les pièges, explique les difficultés, montre la voie, avec aisance et en restant toujours sympathique. C’est un tour de force.

Le chapitre IV nous fait ensuite émerger dans le monde réel où nous pouvons observer l’effet de la foi en l’islam dans le contexte social, juridique et politique actuel. Là, le lecteur attentif reçoit des outils très efficaces pour contrer les manifestations modernes de l’islam, pour s’imposer dans le débat d’idées actuel, pour résister aux sirènes. Ici aussi, Majid Oukacha trouve le moyen de faire passer son message de manière originale et divertissante, en créant des décors captivants pour y déployer des démonstrations toujours concluantes. Mais surtout il nous éveille à des réalités qu’il s’agit d’affronter résolument si nous voulons, en tant que corps social et/ou national, éviter la spirale dans laquelle nous pousse la religion musulmane.

On retrouve dans ce chapitre une sorte de panachage des techniques d’écriture originales utilisées auparavant, mais maintenant avec l’ambition d’en faire une performance, une démonstration globale. Cet exercice aussi est très réussi et débouche sur une «conclusion politique» où l’auteur expose sa vision de la France, «nation millénaire qui, tel un être biologique, porte et transmet un caractère propre constitué d’une langue, d’une histoire, d’une terre, de mœurs, de modes de vie et d’un peuple». Je lui laisse le mot de la fin, en forme d’appel à un nouvel éveil:

«La France, cette nation exceptionnelle que je sais distinguer des autres nations du monde pour ce qu’elle a fait et pour ce qu’elle est, va-t-elle vraiment finir par devenir, un jour ou l’autre, le genre de pays que l’on ne voit que pour ce qu’il n’est plus ou pour ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être?»

Pour acheter le livre de Majid Oukacha, cliquez ici.

Publicités

2 commentaires

  1. […] Source: Dans cet ouvrage, un ex-musulman met à la disposition du public le fruit de huit années de réflexion et de recherche sur la sortie de l’islam. C’est un condensé des meilleures raisons, au sens objectif et moral du terme, de quitter ou de se préserver de l’islam. […]

    J'aime

  2. CHarles Ogic dit :

    Je pense que Majid Oukacha fait partie des grands hommes de ce pays
    Comme ZEMOUR ONFRAY et quelques autres que je ne citerais pas ici
    Majid J’espère que tu prendras cela pour un compliment

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :