Accueil » 2017 » janvier

Monthly Archives: janvier 2017

Le djihad offensif démasqué par The Masked Arab

Nous venons de traduire une nouvelle vidéo de The Masked Arab. Il s’agit du troisième épisode de la série « Islam & Etat islamique » consacré au djihad offensif.

En regardant cet épisode, nous apprenons que le combat dans le sentier d’Allah est une prescription coranique et que ceux qui s’y refusent sont traités d’hypocrites méritant les pires châtiments de l’enfer. Nous apprenons également que l’appel à la paix ne doit pas être fait alors que l’islam est en position de force, mais uniquement quand l’islam est faible, suivant ainsi la logique de Muhammad.

En effet, ce dernier a agi de la sorte : à La Mecque, alors faible en armes et en hommes –il n’a réussi à convertir qu’une poignée de personnes sur une dizaine d’années- il n’hésitait pas à appeler à la paix. Mais une fois qu’il s’est établi à Médine, a obtenu l’appui des Aws et des Khazraj ainsi que celui des Saalik, ces bandits de grand chemin, Muhammad a passé les huit dernières années de sa vie à mener des guerres offensives contre les mécréants.

Mais surtout, nous apprenons dans cette vidéo qu’un bon nombre de savants musulmans disent que le djihad offensif est prescrit à jamais et ne doit cesser qu’à l’heure du Jugement Dernier. En fait, l’extrême majorité des exégèses islamiques, qui servent de bases de formation à tous les imams, sont sur cette ligne.

 

Publicités

Le voyage nocturne ou l’islamisation de Jérusalem

Muhammad sur sa jument lors du Voyage nocturne qui l’aurait relié, par la voie du Ciel, de La Mecque à Jérusalem.

Cnv7lvIWEAAZTbn.jpg

Cet épisode légendaire est tiré de mythes anciens: la jument ailée de Muhammad (al-burāq) est similaire à la figure de Pégase. Dans la mythologie grecque, Zeus avait chargé Pégase de porter la foudre et les éclairs. Or, al-burāq provient de barq, qui signifie éclair. Notons aussi que le mot Pégase est lui-même tiré du mot louvite « pihassassa » qui renvoie à l’éclair et à la foudre.

Le Voyage nocturne est en fait un développement exégétique du premier verset de la sourate 17 (al-Isra):

Ce verset a subi, sous le règne et à l’instigation de ʿAbd Al-Malik (m. 705) une interpolation, dont les motivations sont d’ordre politique. A l’origine, le verset 17.1 se terminait par « nuit » (laylan), la rime étant ainsi en -an, comme d’ailleurs l’ensemble de la sourate.

Originellement, le verset n’avait rien à voir avec Muhammad. Il faisait référence à la sortie d’Égypte des Hébreux, le Serviteur étant Moise. Le calife ʿAbd Al-Malik fit réécrire le verset et mentionner la Mosquée al-aqsa de Jérusalem (qui n’existait pas à l’époque de Muhammad!)

Pour comprendre le but de cette opération, il faut savoir que le proto-islam était, à cette époque, en proie à de profondes divisions. ʿAbd Al-Malik, calife installé à Damas, faisait face à son redoutable concurrent, le calife az-Zubayr, qui prit place à La Mecque.

Il fallait donc, pour ʿAbd Al-Malik, rendre attractif le pèlerinage de Jérusalem, concurrent au pèlerinage de La Mecque. C’est ainsi qu’il fit édifier à Jérusalem la Mosquée al-Aqsa, liée à Muhammad grâce au Voyage nocturne et l’interpolation du verset 17.1.


Plus d’informations:

1. Edouard-Marie Gallez et Muhammed Lamsiah, « Suspicions de manipulation idéologique et codicologie »: approche synthétique provisoire », [en ligne] http://www.lemessieetsonprophete.com/annexes/alterations-et-codicologie-coraniques.htm
2. Hamed Abdel-Samad et Muhammed Lamsiah, épisode 50 de « Box Of Islam » [en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=3caGzNr9jwU