Accueil » Posts tagged 'Coran'

Tag Archives: Coran

Frère Rachid – Le Coran honore-t-il la femme?

Nous venons de traduire une nouvelle vidéo du Frère Rachid quant à la place du nom des femmes dans le Coran, et plus généralement, quant à la place des femmes dans l’islam.



Frère Rachid
: Pourquoi le Coran ne mentionne aucun nom de femme ? Il n’existe aucun nom de femme mentionné dans le Coran sauf un. D’aucuns diront que c’est « Myriam » (Marie). Une sourate porte le nom de Myriam. Mais Myriam était très connue à l’époque, elle était l’exception ? Le Coran l’a mentionnée exceptionnellement car c’était une personne sacrée chez les chrétiens. Le christianisme était la religion dominante au Moyen Orient à cette époque. Mais qu’en est-il des autres femmes?

Quand le Coran cite la femme de Loth (Coran, 66:10), il dit simplement « femme de Loth ». Mais il ne mentionne jamais son nom. La même chose concernant la femme de Pharaon (Coran, 66:11). Idem pour la femme de Al-Aziz (Coran, 12:30) et la femme de Noé (Coran 66:10).

Elles sont toujours mentionnées par un nom masculin et non par leurs propres noms. Et c’est toujours le cas aujourd’hui dans le monde arabe. Le nom de la femme est un quasi-interdit chez beaucoup. Encore de nos jours on dit: Oum (la mère de) Ahmad, Oum Mouhammed, Oum Ali et on ne prononce pas son nom, pourquoi ?

Car mentionner son nom et non celui d’un homme est une honte. Même que l’homme quand il parle de sa femme, il dit Hourma (l’espace interdit), en Egypte Al-Gama’a (le groupe) ou au Maroc Moualin-Al-Dar (les gens de la maison). Et chez certains cheikhs Ahli (ma famille) ou Ahlou-Bayti au pluriel pour ne pas citer le nom de la femme. Pourquoi ? Car la femme est méprisée dans l’environnement où est né le Coran. Elle est inférieure à l’homme. Et le Coran est le fruit de cet environnement.

Il n’a pas mentionné le nom de la femme car elle ne mérite pas d’être mentionnée dans un livre « saint ». Allah est trop sacré pour qu’il prononce le nom d’une femme.

Alors il la mentionne par un suffixe masculin. Par exemple « les femmes du Prophète ». Ou bien il mentionne Zayd mais ne mentionne pas Zaynab. Il dit « Garde pour toi ton épouse » (Coran, 33:37). Ou « Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, nous te la fîmes épouser ». Elle ! Elle qui ? quel est son nom ? Elle ! c’est juste un pronom personnel. Elle ne mérite pas d’être mentionnée mais on mentionne un nom masculin à la place, Zayd.  Alors que l’histoire toute entière tourne autour d’elle. (suite…)

Publicités

La source boueuse du Coran

Dans le Coran, aux versets 83 à 86, Muhammad évoque les exploits d’un certain Zul-Qarnayn :

Et ils t’interrogent sur Zul-Qarnayn. Dis: «Je vais vous en citer quelque fait mémorable».
Vraiment, Nous avons affermi sa puissance sur terre, et Nous lui avons donné libre voie à toute chose.  Il suivit donc une voie. Et quand il eut atteint le Couchant, il trouva que le soleil se couchait dans une source boueuse, et, auprès d’elle il trouva une peuplade [impie]. Nous dîmes: «Ô Zul Qarnayn! Ou tu les châties, ou tu uses de bienveillance à leur égard».-

(suite…)

Mohamed a-t-il fendu la lune en deux ?

Réponse d'un site coraniste , courant qui ne s'en tient qu'au Coran.

On m’a dit que le Prophète Mohammad a fendu la lune en deux parties avec son index ; mon Imam m’a montré le hadith suivant : (suite…)

L’Etat islamique et l’islam : quelle relation ?

Retranscription de l’introduction d’une émission du frère Rachid diffusée sur  Al Hayat TV. Cliquez ici pour voir des extraits traduits en français.

« Il est certain que les événements actuels au Moyen-Orient constituent une problématique complexe, tant sur un plan politique que militaire et religieux. Cependant, personne ne peut nier le rôle que jouent les groupes islamiques dans les combats actuels, de même que personne ne peut nier le facteur religieux de ces combats.

Parmi les mouvements djihadistes qui ont fait leur apparition en Irak et en Syrie, se trouve l’État Islamique, sous le commandement de son leader actuel, Abu Bakr al Baghdadi.

Ceux qui ont visionné les images de prisonniers morts et qui ont observé le comportement de ce mouvement, sont répugnés par ce qu’ils ont vu, et rejettent tout cela. Beaucoup de musulmans font partie de ceux-là.

Néanmoins, il y a des musulmans qui supportent ce comportement, de même que des érudits musulmans défendent ce que fait l’État Islamique.

La question est donc la suivante : 

« Les actes de l’État Islamique -consistant à tuer, à détruire, à brûler les prisonniers-ont-ils un quelconque rapport avec l’islam, ou bien ce dernier est-il irresponsable des actes commis par l’État Islamique ? »

L’islam fait-il l’éloge de la miséricorde, et donc l’État Islamique est à l’opposé de l’islam ?  Ou bien les actions de l’État Islamique sont-elles une réplique de ce que ses membres ont pu lire dans la biographie de Muhammad, qui évoque la première ère de l’islam ?

Les médias sont à l’avant-poste pour nous présenter une image politisée des événements actuels en Irak, mis en relation avec le conflit entre les chiites et les sunnites, l’intervention de l’Arabie Saoudite et de l’Iran ou encore les interventions occidentales.

Mais je mettrai cela de côté dans cet épisode pour m’intéresser à une autre facette, parce que les médias ne sont pas conscients des motivations religieuses de l’État Islamique. Or, il n’y a rien de plus fort et de plus dangereux que les motivations religieuses.

Les membres de l’État Islamique tentent d’imiter la première génération des compagnons du Prophète. Ils essayent d’imiter le premier État Islamique, établi par Muhammad il y a 1400 ans.

Toutes les tentatives visant à analyser la situation actuelle, qui ne prendrait pas en considération l’exemple de Muhammad et de ses compagnons,  serait une analyse lacunaire.

Aujourd’hui, j’analyserai la relation entre l’État Islamique et l’islam. »

La Trinité vue par un ex-musulman

Cet article est une traduction libre et partielle d'un texte d'Ali Sina publié sur son site

Le concept de Trinité est quelque chose que les musulmans ne peuvent pas comprendre. Non pas que le concept soit difficile, mais parce que Muhammad lui-même ne l’avait pas compris. Et si les musulmans arrivent à comprendre ce concept, ils seraient alors plus intelligents que leur prophète, ce qui prouverait que Muhammad n’est pas un prophète de Dieu. C’est inconcevable pour eux ! Ils feront donc tout pour ne pas comprendre ce concept de Trinité. Connaissant les musulmans, ils vont tout de suite s’arrêter ici et ne liront pas la suite de l’article. En fait peu de musulmans le liront. (suite…)

Le Coran est-il la parole de Dieu ?

Nous venons de traduire tout un épisode de « Questions sur la foi » présenté par le Frère Mohamed Saïd, avec comme invité le père Zakaria Boutros. Cet épisode s’intéresse au Coran et pose la question suivante : « Le Coran est-il la parole de Dieu? »

Nous vous présentant dans les lignes suivantes un bref résumé de cet épisode que vous pouvez regarder dans son entièreté en cliquant ici.


 

Pour les musulmans, le Coran est la Parole de Dieu révélée à Muhammad par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. Dans la sourate 6 (al Ana’am), verset 19, Muhammad dit : « ce Coran m’a été révélé » et dans la sourate 18, verset 110 : « Dis : « Je suis en fait un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique! »  Encore, dans la sourate 53 (Al Najm) verset 4: « Ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée.« 

(suite…)

La Fatiha, parole de Dieu ?

Le Coran est considéré par les musulmans comme étant la Parole de Dieu directement révélée à Mohamed par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. Mais à la lecture de ce livre, plusieurs de ses passages ne peuvent provenir de Dieu. Voyons par exemple pour la première sourate du Coran.

1. Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
2. Louange à Allah, Seigneur de l’univers. 

3. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, 
4. Maître du Jour de la rétribution. 
5. C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours. 
6. Guide-nous dans le droit chemin, 
7. Le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. (suite…)