Accueil » Posts tagged 'exmusulman'

Tag Archives: exmusulman

Témoignage : « Je suis ex musulman et je vis cela en secret »

Je suis un jeune homme Algérien de 25 ans, né et grandi dans une famille conservatrice et musulmane. Mon père a étudié chez les Français pendant la colonisation donc il ne connaît pas l’arabe. Il sait faire la prière et jeûnait en ramadan. C’est un homme bien qui ne connait pas le coran ni la sounna. Ma maman est aussi une femme bien. Elle fait la prière et jeune en ramadan et quand elle lit les versets de violence dans le coran elle est en mode OFF ou aveugle, tout comme moi je l’étais avant.

Depuis mon adolescence, je me suis demandé pourquoi le monde arabo-musulman est à la traîne dans tous les domaines : social, technologique, éducation etc. Je n’ai jamais compris pourquoi et quand je posais la question, on me répondait « c’est à cause des juifs », « c’est à cause des mécréants » etc. (suite…)

Publicités

« Il était une foi, l’islam » de Majid Oukacha ou les raisons de se préserver de l’islam

Par Alain Jean-Mairet 

Dans cet ouvrage, un ex-musulman met à la disposition du public le fruit de huit années de réflexion et de recherche sur la sortie de l’islam. C’est un condensé des meilleures raisons, au sens objectif et moral du terme, de quitter ou de se préserver de l’islam.

Majid Oukacha propose quatre chapitres en crescendo. Il commence par des considérations générales sur le «problème islam», sur les écueils majeurs de la foi musulmane afin de motiver la recherche d’une autre voie. C’est l’amorce de la réflexion d’un esprit qui se veut libre et indépendant et que l’auteur a pris la peine d’exposer avec une clarté remarquable. Deux citations qui me semblent cristalliser sa démarche:

«Il n’est pas nécessaire de haïr l’islam ou les musulmans pour comprendre que l’auteur du Coran envoie les incroyants en Enfer sur la seule base d’une juridiction criminalisant les convictions illicites.» (suite…)

Non pas la paix mais l’épée !

Certains musulmans, pour justifier les nombreux passages appelant à la guerre dans le coran et la sunna, s’appuient sur le verset de Matthieu 10:34, dans lequel Jésus dit :

« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. »

Comme d’habitude, ils s’arrêtent là, heureux de voir le mot « épée » sortir de la bouche de Jésus, comme ils sont habitués avec Muhammad.

Le verset suivant dit :

« Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. »

Ces passages sont aussi à compléter par les versets 51 et 52 de Luc 12. Jésus dit : « Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois. »

Par ces mots, Jésus annonçait à ses disciples que leur message créerait des divisons au sein même des familles. Des chrétiens seraient mis à mort par leurs propres parents, leurs frères etc.

C’est exactement ce qu’il se passe dans le monde musulman lorsqu’un membre de la famille quitte l’islam et se converti au christianisme. Le frère Rachid, apostat de l’islam et converti au christianisme en a fait l’expérience, mais heureusement pour lui, son père, pourtant imam, avait un cœur, contrairement à Muhammad et Allah.Quand mon père a découvert ma conversion

Frère Rachid donne une leçon à Barack Obama

Traduction d’un message vidéo adressé par le frère Rachid, apostat de l’islam, à Barack Obama, président des Etats-Unis.

Cher Monsieur le Président, avec tout le respect qui vous est dû, Monsieur, je dois vous dire que vous vous trompez sur l’EIIL [État Islamique d’Irak et du Levant]. Vous avez dit que l’EIIL ne parle au nom d’aucune religion. Je suis un ancien musulman. Mon père est un imam. J’ai passé plus de 20 ans à étudier l’islam. Je suis licencié en études religieuses, et je suis à mi-parcours de maîtrise d’études sur le terrorisme. Je peux vous dire avec certitude que l’EIIL parle au nom l’islam. Permettez-moi de vous corriger, Monsieur le Président. L’EIIL est une organisation musulmane. Son nom signifie “État islamique”. Donc, le nom même suggère qu’il s’agit d’un mouvement islamique. Son dirigeant, Abou Bakr Al-Baghdadi, est docteur en études islamiques. Je doute que vous connaissiez l’islam mieux que lui. Il était prêcheur et dirigeant religieux dans une des mosquées de Bagdad. L’EIIL a des milliers de membres qui sont tous musulmans. Aucun d’eux n’est d’aucune autre religion. Ils viennent de différents pays et ont un dénominateur commun : l’islam. Ils imitent le prophète de l’islam, Mahomet, dans tous les détails. Ils l’imitent en laissant pousser leur barbe, rasant leur moustache et dans leur manière de s’habiller. Ils suivent son commandement, dans les hadiths, de se différencier des infidèles, en portant leurs bracelets-montres à droite plutôt qu’à gauche. Ils appliquent la charia dans chaque partie de territoire qu’ils conquièrent. Ils prient cinq fois par jour. Ils ont proclamé un califat, qui est une doctrine centrale pour l’islam sunnite. Et ils sont volontaires pour mourir pour leur religion. Ils marchent, à la lettre, sur les traces du prophète de l’islam, Mahomet. Au fait, si vous voulez comprendre l’EIIL, lisez en entier la biographie de Mahomet par Ibn Hshâm. C’est le modèle de leur action.

Vous pensez que l’EIIL ne parle pas au nom l’islam parce qu’ils ont décapité un Américain et tué tous ceux qu’ils considèrent infidèles. D’une manière identique, le prophète de l’islam, Mahomet, décapita en un jour, entre 600 et 900 hommes adultes de la tribu juive des Banu Qurayza. En fait, décapiter est ordonné dans le coran, sourate 47 verset 4 qui dit : «  Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru, frappez-en les cous ». Ironiquement, la sourate est appelée « La sourate de Mahomet ». Tuer des prisonniers est aussi un ordre de Allah à Mahomet et à tous les musulmans. Il déclare: « Il n’appartient pas au Prophète d’avoir des captifs de guerre, jusqu’à ce qu’il fasse un massacre des ennemis d’Allah et les extermine » (coran 8, 67). Au fait, trois des femmes de Mahomet étaient des jeunes filles juives qu’il a kidnappées au cours de ses expéditions armées contre les minorités religieuses : l’EIIL ne se comporte pas différemment aujourd’hui.

Monsieur le Président, j’ai grandi au Maroc qui passe pour être un pays modéré. Pourtant, j’ai appris dès mon jeune âge, à haïr les ennemis d’Allah, spécialement les juifs et les chrétiens. Ils sont représentés aujourd’hui par Israël et par l’Occident, tout particulièrement le grand Satan : l’Amérique. J’ai prié cinq fois par jour, répétant la Fatiha, le premier chapitre du coran, demandant à Allah de ne pas me conduire dans le chemin de ceux qui sont égarés et ceux qui ont la colère d’Allah sur eux. Nous savions tous qu’il agissait des juifs et des chrétiens. Nous avons subi un lavage de cerveau pour tous vous haïr, dans nos pensées secrètes, dans nos prières, dans nos sermons du vendredi, dans notre système éducatif. Nous étions prêts à rejoindre n’importe quel groupe qui un jour vous combattrait et vous détruirait et ferait de l’islam la religion du monde entier comme le dit le coran.

C’est ce qu’on a enseigné à des millions de personnes comme moi.  Monsieur le Président, c’est un fait avéré. Heureusement, devenu adulte j’ai choisi de devenir chrétien et de quitter l’islam, car je crois que Dieu est amour. D’autres ont aussi quitté et quittent tous les jours l’islam et choisi d’autres voies pour vivre. Tous souffrent aujourd’hui car, encore une fois, Mahomet a dit : «  Quiconque change sa religion, tuez le ! » (Sahih Boukhari, livre 88 hadith 5). J’ai quitté le Maroc et ses persécutions. J’ai eu de la chance. D’autres, dans le monde musulman, n’ont pas eu la même chance. Ils paient un prix élevé, de bien des manières, pour avoir leur liberté un jour.

Je vous demande, Monsieur le Président, d’arrêter d’être politiquement correct, d’appeler les choses par leurs noms. L’EIIL, Al Qaïda, Boko Haram, Al Shabaab en Somalie, les Talibans et leurs marques sœurs, sont tous fabriqués dans l’islam. Tant que le monde musulman n’agira pas sur l’islam et ne séparera pas la religion et l’État, ce cycle sera sans fin. Tant que vous n’agirez pas à la racine du problème, nous ne ferons qu’agir sur les symptômes. L’EIIL n’est qu’un symptôme. S’il disparaît, d’autres IEIIL naîtront sous d’autres noms.

Vous pourriez demander alors, pourquoi l’EIIL tue d’autres musulmans ? La réponse c’est qu’il les considère comme infidèles et non musulmans. Savez-vous que toutes les écoles dans l’islam sont d’accord pour considérer que si un musulman arrête de prier il doit lui être demandé de se repentir et s’il ne le fait pas, il doit être tué (Sahih Moslem, livre 5, hadith 321). Savez-vous que Mahomet tenta de brûler ses propres compagnons quand ils arrêtèrent de venir aux prières ? Donc tout ce qui fait qu’un musulman peut être qualifié d’infidèle, constitue une raison pour le tuer, même le fait de négliger de prier. Si l’islam n’est pas le problème, alors comment se fait-il que parmi les millions de chrétiens au Moyen-Orient pas un seul, jusqu’à présent, ne se soit fait exploser pour devenir un martyr, alors qu’ils vivent dans les mêmes conditions économiques et politiques, et même pires ? Pourquoi beaucoup de musulmans en Occident ont aussi rejoint l’EIIL si l’islam n’en est pas la raison ? Pourquoi même des convertis récents à l’islam sont-ils devenus terroristes ?

Monsieur le Président, si vous voulez vraiment combattre le terrorisme, alors combattez-le à la racine. Combien de cheikhs saoudiens prêchent la haine ? Combien de chaînes de télévision islamique endoctrinent-elles de gens et leur enseignant la violence à partir du coran et des hadiths ? Combien de sermons du vendredi sont prononcés contre l’Occident, la liberté et la démocratie ? Combien d’écoles islamique produisent des générations d’enseignants et d’élèves qui croient au djihad, au martyr, et au combat contre les infidèles ? Et enfin, combien de sites internet ont été créés par des gouvernements, vos alliés, dont des cheikhs émettent des fatwas contre les droits humains fondamentaux. Si vous voulez combattre le terrorisme : commencez par là.

Au fait, je ne donne pas mon nom complet parce que l’islam est, entre guillemets, une “religion de paix”. Je suis connu dans le monde entier comme Frère Rachid, et je vous implore de vous impliquer pour les droits humains internationaux et le futur de la démocratie. Je dis la vérité sur la menace réelle que nous devons tous affronter. Avec mes meilleures salutations.

Source : http://www.christianophobie.fr/ & Cliquez ici pour voir la vidéo sous-titrée.

Majid Oukacha, un ex-musulman qui attaque le Coran sur le fond et la forme

Mot de l’éditeur :
Cela fait maintenant près de dix ans que je ne suis plus musulman. J’ai cessé de l’être après avoir sérieusement étudié le puits sans fond que semblent être les textes sacrés du Coran et des hadîts Sahih. Ce long et difficile travail, tant sur celui des commandements de mes anciens maîtres (le Dieu Allah et Son prophète Muhammad) que sur moi-même, m’a amené à entrevoir des conclusions et à théoriser des concepts que je n’ai à ce jour encore jamais entendus ni lus nulle part ! L’existence de ce livre que vous tenez entre vos mains s’imposait donc, selon moi. Ce sont toujours les mêmes islamologues que j’entends et lis depuis tant d’années, ici, en France ! Tous ont pour conclusion définitive que le Coran n’est la source d’aucun problème (actes terroristes commis au nom du Jihâd, statut inférieur des femmes dans le Monde Arabo-Musulman, châtiments corporels sanctionnant de simples libertés individuelles pratiquées dans les pays où la Charia fait le droit…) et que l’islam voulu par le Prophète Muhammad serait une religion de paix, d’amour et de tolérance. Je souhaitais offrir à tous ces « experts » une contradiction sérieuse et argumentée en vue de réussir à démontrer à quel point ceux qui souffrent des idées reçues sur l’islam ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Au moment où j’écris ces mots, je pense être LE PREMIER AUTEUR AU MONDE à avoir réalisé une étude globale, critique et systémique, des textes sacrés de l’islam. J’aimerais me tromper, et savoir qu’en dehors de moi ne serait-ce qu’un seul auteur, du Monde Occidental ou d’ailleurs, a déjà réussi à établir des constats critiques capables d’analyser, en profondeur et efficacement, toutes les limites des principaux dogmes du Coran, sans morale ni manichéisme. J’ai passé des années à lire, à étudier, à dialoguer et à débattre, quitte à devoir sacrifier mes trop rares temps libres et à passer d’interminables nuits sans sommeil, tout ça dans le but de pouvoir vous convaincre que ce que je sais sur l’islam mérite d’être connu de tous. Je ne pouvais pas mourir avec tous ces secrets.
Majid Oukacha a 28 ans. Durant les 18 premières années de sa vie, il était musulman et il vivait avec l’intime conviction que le Coran ne pouvait pas être autre chose que la voie du Salut et la voix de la raison. L’étude des textes sacrés de l’islam lui fit perdre la foi tout en renforçant son attachement aux valeurs et aux idéaux de la France qui l’a vu naître et grandir. Ce patriote, persuadé que convaincre et ouvrir les yeux d’autrui sur la vérité est un combat qui se gagne sur le terrain du débat philosophique ou politique, signe sous son véritable nom une œuvre unique en son genre, fruit de longues années d’un travail monstrueux que peu de personnes auraient eu la patience de mener jusqu’à terme. Vous allez découvrir les mystères et les secrets du Coran comme personne avant lui n’avait su les raconter…

L’Etat islamique et l’islam : quelle relation ?

Retranscription de l’introduction d’une émission du frère Rachid diffusée sur  Al Hayat TV. Cliquez ici pour voir des extraits traduits en français.

« Il est certain que les événements actuels au Moyen-Orient constituent une problématique complexe, tant sur un plan politique que militaire et religieux. Cependant, personne ne peut nier le rôle que jouent les groupes islamiques dans les combats actuels, de même que personne ne peut nier le facteur religieux de ces combats.

Parmi les mouvements djihadistes qui ont fait leur apparition en Irak et en Syrie, se trouve l’État Islamique, sous le commandement de son leader actuel, Abu Bakr al Baghdadi.

Ceux qui ont visionné les images de prisonniers morts et qui ont observé le comportement de ce mouvement, sont répugnés par ce qu’ils ont vu, et rejettent tout cela. Beaucoup de musulmans font partie de ceux-là.

Néanmoins, il y a des musulmans qui supportent ce comportement, de même que des érudits musulmans défendent ce que fait l’État Islamique.

La question est donc la suivante : 

« Les actes de l’État Islamique -consistant à tuer, à détruire, à brûler les prisonniers-ont-ils un quelconque rapport avec l’islam, ou bien ce dernier est-il irresponsable des actes commis par l’État Islamique ? »

L’islam fait-il l’éloge de la miséricorde, et donc l’État Islamique est à l’opposé de l’islam ?  Ou bien les actions de l’État Islamique sont-elles une réplique de ce que ses membres ont pu lire dans la biographie de Muhammad, qui évoque la première ère de l’islam ?

Les médias sont à l’avant-poste pour nous présenter une image politisée des événements actuels en Irak, mis en relation avec le conflit entre les chiites et les sunnites, l’intervention de l’Arabie Saoudite et de l’Iran ou encore les interventions occidentales.

Mais je mettrai cela de côté dans cet épisode pour m’intéresser à une autre facette, parce que les médias ne sont pas conscients des motivations religieuses de l’État Islamique. Or, il n’y a rien de plus fort et de plus dangereux que les motivations religieuses.

Les membres de l’État Islamique tentent d’imiter la première génération des compagnons du Prophète. Ils essayent d’imiter le premier État Islamique, établi par Muhammad il y a 1400 ans.

Toutes les tentatives visant à analyser la situation actuelle, qui ne prendrait pas en considération l’exemple de Muhammad et de ses compagnons,  serait une analyse lacunaire.

Aujourd’hui, j’analyserai la relation entre l’État Islamique et l’islam. »

Un ex-musulman fait face à un ex-chrétien

Extrait du livre « islam et terrorisme » de Mark Gabriel, ex imam et professeur d’histoire islamique à l’université al Azhar en Egypte. Converti au christianisme.

Lors d’une visite à Washington, au cours de l’hiver 2000, j’ai appris que la Société Islamique de l’Université de Georgetown organisait un séminaire pour les étudiants américains. L’orateur de la manifestation était un ancien pasteur baptiste du Texas, qui s’était converti à l’islam. Je n’avais jamais rien entendu de tel auparavant. Je me suis demandé: Qu’est-ce qui a bien pu pousser un pasteur baptiste américain à prendre une telle décision? Comment un homme qui a grandi en tant qu’homme libre a-t-il pu choisir l’esclavage? Comment a-t-il pu servir comme pasteur pendant des années dans une quelconque église du Texas, puis se convertir à l’islam? Je ne comprends pas. A cause de toutes ces questions que je me posais, cela m’intéressait beaucoup de l’écouter. (suite…)