Accueil » 2017 » février

Monthly Archives: février 2017

Frère Rachid – Où va le moudjahid quand il est tué?

Nous venons de traduire une nouvelle vidéo du Frère Rachid. Cette vidéo peut être visionnée sur Youtube en cliquant ici.


Frère Rachid: Où va le martyr ou moudjahid? Tous les groupes islamiques et tous les religieux qui font la promotion du djihad citent ce verset:
« Ne pensez pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus »

La première question ici: Y a-t-il une préférence ici? Les infidèles ne sont-ils pas vivants aussi après la mort selon vous, musulmans? Donc « Ne pensez pas que les mécréants qui ont été tués, soient morts. Au contraire, ils sont aussi vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus » Mais ce n’est pas le sujet.

Le point crucial consiste à savoir où va le martyr musulman après la mort, selon ce verset, ses exégèses et les recueils de hadith. Beaucoup pensent que le martyr [musulman] va directement à la rencontre des vierges, des autres martyrs, du prophète et de ses compagnons. Certains terroristes célèbrent même un mariage avant de se faire exploser, pour se préparer pour leurs vierges. D’autres envoient leurs salutations avec eux aux compagnons du prophète, etc. D’autres encore pensent que le martyr meurt en souriant parce que dans ses derniers moments il voit les vierges et certaines des joies du paradis. Donc il sourit de joie!  Bien sûr, c’est un non-sens, parce que le sourire est lié aux changements qui se produisent dans les muscles du visage dans les derniers moments. Et vous pouvez voir cela sur de nombreux visages de personnes décédées, dans toutes les religions toutes les sectes et toutes les sociétés, sans exception. Mais les trompeurs veulent faire croire que c’est un miracle réservé aux moudjahidin musulmans.

(suite…)

Frère Rachid – Le Coran honore-t-il la femme?

Nous venons de traduire une nouvelle vidéo du Frère Rachid quant à la place du nom des femmes dans le Coran, et plus généralement, quant à la place des femmes dans l’islam.



Frère Rachid
: Pourquoi le Coran ne mentionne aucun nom de femme ? Il n’existe aucun nom de femme mentionné dans le Coran sauf un. D’aucuns diront que c’est « Myriam » (Marie). Une sourate porte le nom de Myriam. Mais Myriam était très connue à l’époque, elle était l’exception ? Le Coran l’a mentionnée exceptionnellement car c’était une personne sacrée chez les chrétiens. Le christianisme était la religion dominante au Moyen Orient à cette époque. Mais qu’en est-il des autres femmes?

Quand le Coran cite la femme de Loth (Coran, 66:10), il dit simplement « femme de Loth ». Mais il ne mentionne jamais son nom. La même chose concernant la femme de Pharaon (Coran, 66:11). Idem pour la femme de Al-Aziz (Coran, 12:30) et la femme de Noé (Coran 66:10).

Elles sont toujours mentionnées par un nom masculin et non par leurs propres noms. Et c’est toujours le cas aujourd’hui dans le monde arabe. Le nom de la femme est un quasi-interdit chez beaucoup. Encore de nos jours on dit: Oum (la mère de) Ahmad, Oum Mouhammed, Oum Ali et on ne prononce pas son nom, pourquoi ?

Car mentionner son nom et non celui d’un homme est une honte. Même que l’homme quand il parle de sa femme, il dit Hourma (l’espace interdit), en Egypte Al-Gama’a (le groupe) ou au Maroc Moualin-Al-Dar (les gens de la maison). Et chez certains cheikhs Ahli (ma famille) ou Ahlou-Bayti au pluriel pour ne pas citer le nom de la femme. Pourquoi ? Car la femme est méprisée dans l’environnement où est né le Coran. Elle est inférieure à l’homme. Et le Coran est le fruit de cet environnement.

Il n’a pas mentionné le nom de la femme car elle ne mérite pas d’être mentionnée dans un livre « saint ». Allah est trop sacré pour qu’il prononce le nom d’une femme.

Alors il la mentionne par un suffixe masculin. Par exemple « les femmes du Prophète ». Ou bien il mentionne Zayd mais ne mentionne pas Zaynab. Il dit « Garde pour toi ton épouse » (Coran, 33:37). Ou « Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, nous te la fîmes épouser ». Elle ! Elle qui ? quel est son nom ? Elle ! c’est juste un pronom personnel. Elle ne mérite pas d’être mentionnée mais on mentionne un nom masculin à la place, Zayd.  Alors que l’histoire toute entière tourne autour d’elle. (suite…)

Frère Ismaël – la torture par le feu dans l’islam

Nous venons de traduire une nouvelle vidéo (cliquez) du Frère Ismaël, un ex converti à l’islam.


Frère Ismaël: Bonjour! L’islam interdit-il la torture par le feu? Nous savons tous que les combattants de l’Etat islamique ont brûlé vivant un pilote musulman jordanien; et à une autre occasion, ils ont brûlé vif un groupe de musulmans chiites. Le chef de l’État islamique Abu Bakr al-Baghdadi connaît l’islam parce qu’il a un doctorat en études islamiques. Si l’islam interdit de brûler les gens, pourquoi ses soldats le font-ils?

Eh bien, le Coran leur a fourni une justification pour cette action. Voyez-vous, dans leur raisonnement le pilote a mené des missions de bombardement contre l’Etat islamique. En le brulant vif, ils lui ont donc donné une punition équivalente aux bombardements puisque le Coran chapitre 16 verset 126 dit: « Et si vous punissez, infligez une punition égale au tort qu’il vous a fait. »

Dans ma dernière vidéo intitulée « prier à la mosquée », j’ai fait référence à une source islamique qui disait que Muhammad brûlait ou avait l’intention de brûler les Musulmans qui ne priaient pas en congrégation à la mosquée. Et comme nous l’avons constaté dernièrement aux infos, cette affirmation de Muhammad a eu une mauvaise influence sur des Musulmans.

Certains Musulmans ont répondu à ma vidéo en affirmant que Muhammad ne voulait pas littéralement brûler ces gens, mais qu’il utilisait seulement une hyperbole. Pour vérifier cette affirmation, nous avons besoin de découvrir si Muhammad a réellement brulé des gens. Y a-t-il vraiment un lien entre Muhammad et l’État islamique en ce qui concerne cette pratique barbare ? Voyons ce que disent les sources islamiques. Alors, si vous êtes Musulman, vous allez probablement penser que je citerais des extraits de la Sirat Rassul Allah, une des premières biographies de Muhammad, nous informant, à la page 515, que Muhammad a torturé un juif nommé Kinana en le brûlant.

Non, je vais me référer à un autre récit, qui raconte un acte de Muhammad particulièrement cruel et brutal, qui est la torture et le meurtre de huit hommes.

Dans Sahih al-Bukhari vol. 4 hadith n°3018, nous lisons:

Un groupe de huit hommes de la tribu d’Ukl est venu au Prophète et ils ont trouvé le climat de Médine inapproprié pour eux. Alors, ils dirent: « O Apôtre d’Allah, donnez-nous du lait ». L’apôtre d’Allah a dit: « Je vous recommande de vous joindre au troupeau de chameaux. » Alors ils allèrent boire l’urine et le lait des chameaux jusqu’à ce qu’ils deviennent sains et gras. Puis ils tuèrent le berger et chassèrent les chameaux, et ils devinrent des infidèles après avoir embrassé l’islam.  Quand le Prophète fut informé, il envoya quelques hommes à leur poursuite, et avant que le soleil ne se lève, ils furent arrêtés et amenés, et il ordonna que leurs mains et leurs pieds soient coupés. Puis il a ordonné d’apporter des clous qui ont été chauffés pour les passer sur leurs yeux. Puis ils ont été laissés dans al-Harra (c.-à-dire une terre rocheuse à Médine). Ils ont demandé de l’eau, et personne ne leur a fourni d’eau jusqu’à ce qu’ils soient morts.

Après avoir lu ce récit, je demande aux musulmans s’ils y voient une hyperbole. Non, car vous avez vu que Muhammad a littéralement brûlé les yeux de ces hommes avec des clous brûlants. Muhammad aurait pu choisir d’exiler ces hommes plutôt que de les torturer, car le Coran, chapitre 5 verset 33, dit que pour punir un criminel, l’exiler est une option possible. Mais Muhammad a choisi le plus brutal des châtiments possibles: la torture et le feu.

Nous le voyons ici, les Musulmans sont forcés d’admettre que Muhammad a réellement brûlé des gens. Alors, comment peuvent-ils prétendre qu’il est interdit de brûler des gens en Islam ? Eh bien, apparemment, Muhammad aurait par la suite changé d’avis et interdit cette pratique barbare. (suite…)