Accueil » Frère Rachid » Frère Rachid – Le Coran honore-t-il la femme?

Frère Rachid – Le Coran honore-t-il la femme?

Nous venons de traduire une nouvelle vidéo du Frère Rachid quant à la place du nom des femmes dans le Coran, et plus généralement, quant à la place des femmes dans l’islam.



Frère Rachid
: Pourquoi le Coran ne mentionne aucun nom de femme ? Il n’existe aucun nom de femme mentionné dans le Coran sauf un. D’aucuns diront que c’est « Myriam » (Marie). Une sourate porte le nom de Myriam. Mais Myriam était très connue à l’époque, elle était l’exception ? Le Coran l’a mentionnée exceptionnellement car c’était une personne sacrée chez les chrétiens. Le christianisme était la religion dominante au Moyen Orient à cette époque. Mais qu’en est-il des autres femmes?

Quand le Coran cite la femme de Loth (Coran, 66:10), il dit simplement « femme de Loth ». Mais il ne mentionne jamais son nom. La même chose concernant la femme de Pharaon (Coran, 66:11). Idem pour la femme de Al-Aziz (Coran, 12:30) et la femme de Noé (Coran 66:10).

Elles sont toujours mentionnées par un nom masculin et non par leurs propres noms. Et c’est toujours le cas aujourd’hui dans le monde arabe. Le nom de la femme est un quasi-interdit chez beaucoup. Encore de nos jours on dit: Oum (la mère de) Ahmad, Oum Mouhammed, Oum Ali et on ne prononce pas son nom, pourquoi ?

Car mentionner son nom et non celui d’un homme est une honte. Même que l’homme quand il parle de sa femme, il dit Hourma (l’espace interdit), en Egypte Al-Gama’a (le groupe) ou au Maroc Moualin-Al-Dar (les gens de la maison). Et chez certains cheikhs Ahli (ma famille) ou Ahlou-Bayti au pluriel pour ne pas citer le nom de la femme. Pourquoi ? Car la femme est méprisée dans l’environnement où est né le Coran. Elle est inférieure à l’homme. Et le Coran est le fruit de cet environnement.

Il n’a pas mentionné le nom de la femme car elle ne mérite pas d’être mentionnée dans un livre « saint ». Allah est trop sacré pour qu’il prononce le nom d’une femme.

Alors il la mentionne par un suffixe masculin. Par exemple « les femmes du Prophète ». Ou bien il mentionne Zayd mais ne mentionne pas Zaynab. Il dit « Garde pour toi ton épouse » (Coran, 33:37). Ou « Puis quand Zayd eût cessé toute relation avec elle, nous te la fîmes épouser ». Elle ! Elle qui ? quel est son nom ? Elle ! c’est juste un pronom personnel. Elle ne mérite pas d’être mentionnée mais on mentionne un nom masculin à la place, Zayd.  Alors que l’histoire toute entière tourne autour d’elle.

Le problème c’est que cette culture misogyne est devenue une religion. Et cette religion est devenue sacrée. Ainsi on a privé la femme de tous ses droits. En Arabie saoudite, elle ne sort qu’en présence d’un tuteur, mâle bien entendu. Elle ne peut toujours pas conduire une voiture.

La situation de la femme est toujours dégradée dans nos contrées. Pourquoi ? Parce qu’on a foi en: nulle nation gouvernée par une femme ne connaîtra la réussite (Al-Boukhari, livre des razzias). On a foi en: La femme est déficiente mentalement et religieusement (Al-Boukhari, livre des menstruations). On a foi en: Le malheur est dans 3 choses, la femme, le cheval et la maison (Al-Boukhari, livre du djihad et des expéditions). On a foi en: La femme annule la prière de l’homme ainsi que le chien et l’âne (Muslim, livre des prières). On a foi en: Le témoignage de 2 femmes équivaut celui d’un seul homme (Coran 2:282) car la femme oublie alors que l’homme se souvient de tout. On a foi en: La diya (prix du sang) de la femme vaut la moitié de celui d’un homme (Al-Sounan-Al-Koubra de Al-Bayhaki). Et que la femme a la moitié d’héritage par rapport à un homme (Coran, 4:11). Et que la majorité des gens en enfer seront des femmes (Muslim, livre de la foi). On a foi aussi en : La femme a été créée d’une côte courbée (Al-Boukhari, livre du mariage). On a foi en: La femme vient et repart sous la forme de Satan (Al-Boukhari, livre du mariage).

Et après tout ça, certains viennent avec insolence nous apprendre que l’islam a honoré la femme. Honnêtement ils ressemblent à qui dirait : même si elle vole de ses ailes pour moi c’est une brebis (proverbe arabe pour décrire quelqu’un de têtu).

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :