Accueil » islam » Al Azhar, un rempart contre l’extrémisme?

Al Azhar, un rempart contre l’extrémisme?

Nouvelle vidéo de Kafer Sharqi postée sur sa chaîne YouTube. Nous vous présentons ici sa retranscription, légèrement modifiée.


 

Kafer Sharqi: Al Azhar est une université-mosquée fondée au Xe siècle. D’abord chiite, aujourd’hui sunnite, cette institution est l’un des plus importants foyers de l’enseignement islamique d’Egypte, peut-être même de tout le monde musulman. Sans doute le plus célèbre.

Vers la fin du 19e siècle, Al Azhar comptait déjà plus de 360 professeurs et plus de dix mille étudiants.  Aujourd’hui, via son réseau d’écoles, Al Azhar forme quelques deux millions d’étudiants.

De nombreuses personnalités musulmanes de premier plan y ont été formées :  comme Hassan Al Banna, le fondateur des frères musulmans, le cheikh Youssef al Qaradaoui (celui-là même qui justifie les attentats kamikazes), le cheikh Abdallah Azzam, père spirituel du groupe terroriste Al Qaeda. Il y a obtenu un doctorat en droit musulman. Ou encore le grand mufti de Jérusalem, Mohammed Amin Al Husseini, grand ami d’Hitler qui l’a installé dans une villa à Berlin. Le mufti avait même eu droit à une station radio à partir de laquelle il s’adressait au monde musulman, en plusieurs langues, pour lui expliquer combien l’islam et le nazisme étaient proches.

Ces quelques personnalités donnent un peu une idée du type de formation dispensée à Al Azhar.

Des intellectuels égyptiens ou arabes dénoncent régulièrement cette institution.  Pour Sayyed Al Qimni, il faut placer Al Azhar sur la liste des organisations terroristes. Au cours d’une conférence organisée en Belgique, en 2016, Al Qimni a dénoncé plusieurs livres mis en avant par Al Azhar et qui font la promotion de l’esclavage, du viol des femmes captives ou qui justifient tout simplement la pédophilie.

Al Azhar attaque régulièrement en justice ceux qui osent dénoncer ces monstruosités.

Voici un manuel de droit shafiite enseigné encore aujourd’hui dans les écoles d’Al Azhar que je tenais à montrer, à titre d’exemple précis. Il est destiné aux élèves de troisième secondaire, soit à des adolescents.

Son auteur est al Shirbiniy, il est décédé en 1570. Dans ce livre, on apprend, entre autres énormités, qu’il est tout simplement permis de se frotter le derrière avec les feuillets de la Torah et de l’Evangile, puisque ces livres sont falsifiés.

Voilà ce qu’apprennent les jeunes élèves musulmans dans les écoles d’Al Azhar alors même que l’Egypte compte environ 10 millions de chrétiens.  Faut-il s’étonner si ensuite ces chrétiens sont la cible d’attentats terroristes quasi quotidiennement ?

Le plus révoltant ensuite c’est d’entendre Al Azhar condamner ses attentats et de voir les médias francophones reprendre en chœur ses condamnations, posant ainsi Al Azhar comme institution modérée.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :